Compagnie "ECHELLE et TARTINE"

Théâtre de l'Étincelle - Licence 2 n°10-29265 3 n° 10-29266



LE PETIT MONDE DE
GYPETTE

Une pièce destinée aux enfants.


C’est l’histoire d’un petit chat qui nous emmène dans son univers… découvrant le monde à travers son regard naïf.

Cette petite boule de poils attachante va finalement constater,
grâce à son copain le chien Gaspard mais aussi avec l’aide de son amie La Pie, que l’univers des adultes peut parfois être cruel...


Gypette décide alors d'appeler le père noël pour lui faire
part de son souhait que les grands n'abandonnent plus jamais les animaux.


Les enfants vont d'ailleurs l'aider dans sa quête...


Cette pièce a pour vocation de sensibiliser les enfants (et adultes)
aux problèmes d’abandon des animaux.

LES 20 ANS DE LA COMPAGNIE


En Septembre 2016


Jeudi 22 septembre 2016

à 20 h 30


BIG BLUE EYES

de Dorothée Zumstein


&


Vendredi 23 septembre 2016

à 20 h 30


FESTIVAL

ou LA NUIT DES CARMES

de Jo Cassen

Le reportage photographique est de

Roselyne et Paul Catteloin


(site de l'auteur www.jocassen.com)


Grange de la ferme DUPIRE

à Villeneuve d'Ascq (Nord)

Rue Yves Decugis

Métro Triolo

CAFÉ-THÉÂTRE

Plébiscité par le public, ce spectacle amusera à coup sûr petits et grands par une succession de sketchs humoristiques, loufoques et décalés à souhait, mais non moins poétiques…


Des personnages truculents, du SDF au chef d’entreprise BCBG, 

de la vieille dame éplorée qui raconte au commissaire comment 

elle a, par inadvertance, coupé les attributs de son mari Edmond… 

ou encore tout un jeu de séduction dans la salle d’attente du 

cabinet du docteur Dupont, mais que vient faire ici la testostérone ?

Formule particulièrement adaptée à des événements autour d’un repas, pour ponctuer par exemple les changements de service.


Du théâtre amusant mais jamais vulgaire !

BIG BLUE EYES

Quand la maltraitance des enfants mène au crime…


Pièce dramatique fidèlement inspirée d’un fait réel, l’affaire Mary 

Bell, cette petite fille de 11 ans, qui en 1968, a tué deux enfants de 

3 et 4 ans en Angleterre.

D’une élégance et d’une finesse irréprochables, Big Blue Eyes nous transporte du début à la fin… nous plonge directement dans l’atmosphère d’une Angleterre en pleine crise minière.

Après Lille, Paris et Avignon (festival off) et de l’avis unanime des spectateurs, c’est une pièce dont on ne ressort pas indemne : « On passe sans cesse de l’horreur à la pitié, de l’incompréhension à la révolte, on s’attache à l’enfant, on se questionne sur sa culpabilité, 

on juge ses parents, on essaie de se mettre à leur place, et quand vient la fin, on n’ose à peine croire qu’elle arrive si tôt alors que l’on commence juste à se familiariser avec les personnages, comme si 

on venait d’emménager de l’autre côté de la rue… ».


Résolument contemporain mais parfaitement accessible, ce 

spectacle est ponctué de vidéos qui semblent donner la réplique au personnage, rythment le jeu, comme des flashback de sa vie... 

FESTIVAL

Une jeune femme journaliste, Gwendoline Serrano, débarque en Avignon, au beau milieu du festival de théâtre dont la renommée 

n’est plus à faire, sous prétexte d’interviewer un auteur connu et reconnu de tous, Antoine Saint-Clair.

L’atmosphère, la liesse dans les rues, tout incite les deux protagonistes à la détente, à l’ivresse même !

Mais ne nous y fions pas, c’est bien Gwendoline qui a les cartes du 

jeu en mains… jeu de séduction, faux-semblants, le spectateur se laisse emporter dans une espèce de doux thriller psychologique 

pour découvrir une fin à laquelle il ne s’attendait pas : Gwendoline

est en fait venue à la rencontre de ce père naturel qu’elle hait 

depuis toujours, qui a trahi sa mère et l’a abandonnée…